En chemin… Empreintes et réécritures du territoire

Le Châtelet - Châteaumeillant - Lignières en Berry, dans le Cher.

Comment créer un lien à travers un projet artistique entre trois collèges distants de 12 à 31 km ? Comment s’inscrire dans le territoire ?

En y réfléchissant bien, le seul moment de la journée commun à tous les élèves est le trajet maison / collège. A pied, à vélo, en voiture, en bus scolaire, ce trajet est identique tous les jours. Avec ses impératifs de temps, il rythme la journée. Cet épisode quotidien, régulier et ponctuel de la vie scolaire traverse les villes, villages, lieux dits et paysages.
Et plus particulièrement le trajet en bus scolaire : c’est un intervalle, un moment entre la famille et l’école, où il y a peu d’adultes. Ce sont des instants intimes. Les élèves se retrouvent, ou pas ! Ils dorment encore un peu, ils … en fait, on ne sait pas trop !

Les artistes Pauline Sauveur et Laurence Bernard ont imaginé un projet artistique installé dans le paysage, que l’on pourra découvrir au moment de la restitution, lors d’un voyage en bus scolaire.

Créer un lien et le partager, imaginer, investir l’espace, poser son empreinte, réécrire le paysage...

lundi 17 juin 2013

le prix de l'audace artistique et culturelle 2013

Projet finaliste au prix de l'audace artistique et culturelle 2013 

"89 projets, 16 finalistes et 1 lauréat

Un enjeu démocratique. Le Président de la République a fait de l’éducation artistique et culturelle l’une des priorités de son quinquennat. Parce qu’elle est « vecteur d’émancipation et ferment de citoyenneté, elle représente un véritable enjeu démocratique » souligne Aurélie Filippetti, qui a sollicité 12 artistes pour participer au jury du prix de l’audace artistique et culturelle 2013.
Le prix remis par François Hollande en présence d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, et Marc Ladreit de Lacharrière, président de la fondation Culture et diversité, récompensera chaque année un projet d’éducation artistique et culturelle exemplaire, développé dans un établissement scolaire avec une structure culturelle et en partenariat avec les collectivités territoriales. Il s’agit de familiariser les élèves avec les institutions culturelles, avec l’art sous toutes ses formes, son histoire mais aussi sa pratique.  "

à lire sur :
le nouvel observateur 
 ou sur  
le portail du gouvernement
ou
fondation culture et diversité 





Une partie de l'équipe  participante au projet a été invitée à l’Élysée pour la remise des prix
le 12 juin 2013. 








dimanche 9 juin 2013

Le projet ...

... en quelques chiffres :

3 collèges
94 élèves
9 jours de rencontre avec les différents élèves
3858 photos prises par les élèves 
3 bus spécialement affrétés pour le projet 

6 jours de création au total
90 km pour le circuit complet
25 heures d'installation
19 œuvres
2 anciennes portes
182 pages de textes (dont 120 plastifiées)
8 mannequins
1 boite de biscuit pleine de vieilles cuillères à soupe rouillées
15 gros livres de géographie
1 grande fenêtre blanche
42 portraits
10 ordinateurs au moins
7 tableaux verts
1 ruine et 1 champ mis à notre disposition par des particuliers
32 chaises (23 blanches, 8 rouges, 1 jaune)
1 lit
...



 Extraits des textes écrits par les élèves et installés dans le paysage :



Ses jambes sur une chaise rouge. 
Jessie ! Tu peux marcher ? 
Oui, ça va. Mais maintenant, je ne peux pas faire de bisous. 
T’aime les glaces ? 
NON !! 
Il a perdu la tête.


Hier j’étais à l’étang de Rezay.
Aujourd’hui, je suis en atelier. 
D’ailleurs c’est assez nul. 
Et puis il pleut.
Soudain il fait soleil. 
Quel est le nom du chien ? 
Demain j’irai au ski.


La sensation de l'air frais.
Je suis ému par ce paysage.
On sent les fleurs, quelques feuilles sont douces et on entend les oiseaux.
Quand on tape sur le pont le son est sourd. On sent l'herbe fraîche quand on marche sur l'herbe elle est moelleuse.


J’entends un chien qui aboie.
J’aime les couchers de soleil.

J'aime la nature

Le sol est triste quand il ne pleut pas.


J’aimerais sortir des campagnes ! 
Une faille inter-dimensionnelle et les personnages dans la ville fictive.
Je voudrais découvrir une ville avec des choses inconnues, car ici c’est toujours la même chose. 

Au prochain virage j’aimerais voir un restaurant 
un chat ailé essayant de manger un calamar géant. Ensuite l’eau retrouverait son calme et on verrait le tapis de corail au fond.

Des lapins qui sentent le chocolat et des tigres blancs.

Voir des choses beaucoup plus différentes.

dimanche 2 juin 2013

PRESSE

 Article dans Le Berry Républicain du 28 mai 2013

 


Bonne visite à tous dans le Boischaut !
Toutes les œuvres sont exposées sur le territoire jusqu'au 5 juin.
Pensez à consulter la carte 
onglet carte des œuvres
afin de repérer les lieux.
 


PRESSE

Article dans l'Echo du Berry du 30 mai 2013


Toutes les œuvres sont exposées sur le territoire jusqu'au 5 juin.
Pensez à consulter la carte :
onglet carte des œuvres
afin de repérer le circuit sur lequel elles se trouvent.
Les installations aux Archets (commune du Châtelet)
ont été visibles sur place uniquement
lors de la journée d'inauguration. 
Bonne visite à tous dans le Boischaut !

lundi 27 mai 2013

Les oeuvres sur le territoire - jusqu'au 5 juin 2013



Toutes les œuvres des élèves sont maintenant installées dans le paysage.


Après les trois résidences dans les trois collèges du projet, nous sommes revenues pour le travail d'installation des œuvres dans le paysage.

Notre travail en tant qu'artiste et auteur a été d'interpréter l’installation, de créer à chaque fois une mise en scène, qui ensuite se répondait l'une l'autre.

De créer la surprise ou le questionnement, de choisir et d'inventer une cohabitation entre les œuvres, le paysage, les vues, les éléments naturels, la circulation...


Et, nous l'espérons, de proposer aux habitants et aux élèves circulant en bus scolaire, qui les verront chaque matin et chaque soir jusqu'au 5 juin, un regard légèrement décalé sur le territoire.




Peut être en avez-vous déjà croisées quelques unes ?


Le texte de présentation de chaque œuvre se trouve également sur place sur un cartel.


- Tous les titres des œuvres ont été trouvés ou par les élèves ou dans leurs écrits -



Soudain la cloche sonna...
Collège François le Champi, Le Châtelet, classes de 6ème et 5ème SEGPA et 5ème.
Installation - Chaises, cartes de géographie, support bois, réflecteur, peinture acrylique rouge, jaune et noire.
Textes - Impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Silhouettes endormies, pensives, recroquevillés… Adolescents - futurs adultes, les élèves s'en vont parcourir le monde, plus loin que les cartes de géographie et les chaises restent vides.


  




Ses jambes sur une chaise rouge
Collège François le Champi, Le Châtelet, classes de 6ème et 5ème SEGPA et 5ème.
Installation - Chaises rouges et demi mannequin.
Textes - impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Comment s'approprier le paysage ? Comment jouer avec l’extérieur ?
S'asseoir sur une chaise pour étudier, c'est remplir le temps et l'espace de la classe. Installer une rangée de chaises identiques, même forme, même couleur, dans un espace naturel, c'est poser la question du territoire. C’est recréer l’idée du corps, de l’apprentissage et du quotidien par l’absence même du sujet et par la force d’évocation de l’objet.  Le mannequin incomplet renforce l’impression d’absence par sa présence. A qui sont ces jambes ? Pourquoi est-il là ? Et d’ailleurs, pourquoi ce moulage de plastique est-il déjà un personnage ?

 




Le bruit de la couleur
Collège François le Champi, Le Châtelet, classes de 6ème et 5ème SEGPA et 5ème.
Installation - 32 mâts / 32 triangles de tissus.
Installation de couleurs flottantes dans le vent, implantées suivant un ordre définit.
Jeu des matières, mouvement des tissus. Quelques couleurs dans tout ce vert !






 

Qui parle ?
Collège François le Champi, Le Châtelet, classes de 6ème et 5ème SEGPA et 5ème.
Couleurs - Ronds rouges, verts, bleus, orangés, jaunes – plastifiés et placés sur les troncs à 1m50 du sol. Textes - impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
« J’aime bien. J’ai froid. C’est moche. J’aimerais… »
Libre cours – Les mots en échos avec chaque couleur, représentent une voix, un sentiment, un moment…




Le lit écrivain
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème
sculpture - Lit en fer d'infirmerie, lettres de plaques d’immatriculation, colle, peinture acrylique blanche. Installation – chaises blanches, peinture acrylique blanche.
Le lit, la chaise, mobilier du quotidien, anodin et familier accompagne parfois l’ennui, l’attente, puis l’imagination, le voyage, les rêveries, et le début de la découverte : l’envie !

et

Je touche la pierre et les choses rouillées
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème
Textes - impressions numériques sur papier 80gr, collage.
Textes inspirés par le paysage, pendant le voyage en bus.
Libre cours. Impressions, émotions, sensations, descriptions… 




Ça sent le chocolat, comme tous les hivers
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème
Installation- Fenêtre PVC  et silhouettes sur bois, peinture acrylique blanche.
Textes - impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Par où regarder ? Comment redécouvrir un paysage que l’on connaît trop ?
Dessiner un nouveau cadre, ouvrir une fenêtre, observer un détail, se laisser surprendre, imaginer son propre paysage…





Les arbres ont des secrets
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème.
Peinture acrylique noire sur écran blanc.
Une ligne, un signe, un arbre et ses branches, un élément du paysage, un point de repère dans le territoire, qui marque le lieu, temps et les saisons, qui évoque le travail de l’homme comme le règne végétal. Un devenir immobile, ancré dans la terre, qui se déploie vers l’avenir.



Aujourd’hui il pleut dans une maison
Collège François le Champi, Le Châtelet, classes de 6ème et 5ème SEGPA et 5ème.
Textes - Impressions numériques sur papier 80gr, collage.
Libre cours. En hiver… ou ailleurs ? Lieux, instants, évocations, sensations, souvenirs et imagination...




Reflets
Collège Philibert Lautissier de Lignières, 2 classes de 4ème
Installation - Tableaux d’école et portes, peinture acrylique blanche.
Impressions numériques sur papier 80 gr, plastifiées.
Contours sur tableau noir pour une installation dans l’espace public.
Ombres sur d’anciennes portes de salles de classe – Gravées.
Comment laisser son empreinte dans le paysage, si ce n’est par la forme du corps ? La réponse la plus simple et évidente : dessiner au trait le contour du corps : les uns sont allongés, les autres tracent la silhouette au crayon, puis à la peinture blanche.





Excréments technologiques
Collège Philibert Lautissier de Lignières, 2 classes de 4ème
Sculpture - 10 tours d’ordinateurs, claviers, souris, écrans...
Une somme de plastique, de métaux, de moteurs, de touches …
Du gâchis !  C’est ce que nous ne digérons pas, ce qui reste, ce matériel qui, en quelques années, est caduc, inutilisable. La technologie nous change la vie, nous ouvre sur le monde, nous offre l’univers. Communication, efficacité, rapidité ! Que ferions-nous sans ? Mais sommes-nous prêts à tout ?

Avant l'installation...






Regarde ! Le paysage est rempli de champs !
Collège Philibert Lautissier de Lignières, 2 classes de 4ème
Installation - chaises de classe, peinture acrylique blanche et rouge.
Dans chaque établissement scolaire le mobilier est régulièrement changé, et des chaises sont mises au rebut…
Comment s’approprier un lieu ? Comment jouer avec le paysage ?
S’asseoir sur une chaise pour étudier, c’est remplir le temps et l’espace de la classe. Installer des chaises de même forme et de même couleur, dans un espace extérieur, c’est poser la question du territoire. C’est recréer l’idée du corps, de l’apprentissage et du quotidien par l’absence même du sujet et par la force d’évocation de l’objet.






 

12m 47 et puis c'est tout
Collège Philibert Lautissier de Lignières, 2 classes de 4ème
Photographies - Suite de 42 portraits A3, longueur totale douze mètres et quarante-sept centimètres. Impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Chaque élève a été photographié  par Pauline Sauveur  suivant la pause de son choix, puis a retravaillé sa propre image sur un logiciel de retouche photo.




Dispersement 1
Collège Philibert Lautissier de Lignières, 2 classes de 4ème
Textes - Impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Contrainte littéraire donnée lors du voyage en bus sur le territoire : « Au prochain virage, j’aimerais découvrir… » Tout est possible !




Dispersement 2
Collège Philibert Lautissier de Lignières, 2 classes de 4ème
Lettres - Impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Mots inspirés par le paysage, pendant le voyage en bus.
Libre cours. Impressions, émotions, sensations, descriptions...
Ou comment installer du texte dans le paysage.








Certaines œuvres ont été exposées pour une journée
aux Archers (commune du Châtelet)
qui fut le lieu de rassemblement
lors de la journée de restitution-vernissage.
Vous pourrez en retrouver certaines réinstallées
dans les collèges.




Et puis, nous avons continué plus loin
Collège François le Champi, Le Châtelet, classes de 6ème et 5ème SEGPA et 5ème.
Installation - Suite de 8 mannequins, tissus, épingles.
Groupe ? Troupe ? Personnages rêvés…
La dimension du corps humain, qui habite le lieu et lui donne son échelle de lecture.
Couleurs-signatures, en contraste avec l’espace extérieur, en chemin vers un ailleurs ?




 


Le sol est triste quand il ne pleut pas
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème
Installation et écriture - Dictionnaires au rebut et encres sur papier 80gr, plastifiées.
Comment le texte peut-il prendre place dans le paysage ? Est-ce que l’écriture se regarde ou se lit ? Les livres sont parfois aussi anodins que des chaises oubliées. Ils évoquent le savoir et l’école, le plaisir de la lecture et la difficulté de l’apprentissage. Installés en extérieur, ils racontent le paysage et invitent à le regarder pour y lire autre chose…







On entendait le son deux secondes après
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème
Sculpture - Cuillères à soupe, fil de fer et porte-manteaux.
Multitude - Les cuillères suspendues s’entrechoquent dans un son cristallin. Elles s’emmêlent, discutent et se disputent, elles (se) réveillent et racontent… 
Images, sons, évocations libres.




Paysage lumineux 
Collège Antoine Meillet , Châteaumeillant, classe de 6ème
Installation - Feuilles rhodoïds jaunes, rouges et vertes.
Textes - Impressions numériques sur papier 80gr, plastifiées.
Par où regarder ? Comment redécouvrir un paysage que l’on connaît trop ?
Dessiner un nouveau cadre, ouvrir une fenêtre, observer un détail, se laisser surprendre, imaginer son propre paysage… Les mots arrivent, se suivent, s’appellent et racontent le territoire et les éléments qui le composent.







 Bonne visite sur le territoire !







 Deux jours durant, pendant l'installation...

                         
Laurence Bernard
Pauline Sauveur